Prendre La Route...avec Clem et Adrien

Journal de bord en GrĂšce đŸ‡ŹđŸ‡· : d'AthĂšnes Ă  Thessalonique

Itinéraire de notre périple en GrÚce sur Polarsteps

PubliĂ© il y a plus d’un an par ClĂ©mence et Adrien

C'est Ă  la faveur du printemps que nous effectuons nos premiers pas en GrĂšce. Un sentiment Ă©trange nous gagne au moment de laisser l'Albanie derriĂšre nous. Ce pays fut un vĂ©ritable coup de coeur, mais le voyage nous appelle. Nouvelle langue, nouvel alphabet et des lieux plus emblĂ©matiques les uns que les autres. Καλώς ÎźÏÎžÎ±Ï„Î” στηΜ ΕλλΏΎα!

🌍 | Journal de bord de notre voyage sans avion

🚀 | Sur la route depuis fĂ©vrier 2022

📍 | France đŸ‡«đŸ‡· → Italie 🇼đŸ‡č → Croatie đŸ‡­đŸ‡· → MontĂ©nĂ©gro đŸ‡ČđŸ‡Ș → Albanie đŸ‡ŠđŸ‡± → GrĂšce đŸ‡ŹđŸ‡· → MacĂ©doine du Nord đŸ‡Č🇰 → Kosovo đŸ‡œđŸ‡° → Serbie đŸ‡·đŸ‡ž → Bulgarie 🇧🇬 → Turquie đŸ‡čđŸ‡· → GĂ©orgie 🇬đŸ‡Ș → ArmĂ©nie 🇩đŸ‡Č → Iran đŸ‡źđŸ‡· → Turquie đŸ‡čđŸ‡· → Liban đŸ‡±đŸ‡§ → Syrie đŸ‡žđŸ‡Ÿ → Jordanie 🇯🇮 → Arabie Saoudite 🇾🇩 → Émirats Arabes Unis 🇩đŸ‡Ș

~ ~ ~ ~ ~ ~

Jours 77 Ă  79 đŸ‡ŹđŸ‡· - De retour Ă  la capitale pour PĂąques

Nauplie, GrĂšce le 21 avril 2022, Jeudi saint

Ce réveil est un peu particulier pour nous et pour cause, c'est le dernier de ce road-trip dans le PéloponnÚse. On fait les sacs rapidement avant de profiter d'un dernier petit déjeuner au coeur des oliviers. Néanmoins, pas question de trop traßner, notre programme est chargé.

Nous devons tout d'abord rejoindre l'oncle d'Adrien qui a dĂ©cidĂ©, sur un coup de tĂȘte, de passer un peu plus d'une semaine en GrĂšce. Il adore le pays, ce n'est pas Ă©tonnant qu'il revienne. Ce qui l'est plus, c'est de se trouver dans la mĂȘme rĂ©gion au mĂȘme moment, sans mĂȘme s'ĂȘtre concertĂ©s. C'est quand mĂȘme fort !

Une heure et demie plus tard, nous voilĂ  tous les quatre assis Ă  la terrasse d'un cafĂ© Ă  Nauplie, Ă  parler voyage et changement de vie. Nous ne savons pas quand nous nous reverrons, c'est l'un des inconvĂ©nients de notre vie de nomade sans avion. Nous profitons de l'occasion pour visiter briĂšvement la ville. La forteresse nous semble familiĂšre, et pour cause, elle a en partie Ă©tĂ© construite par les ingĂ©nieurs français Lasalle et Levasseur pour le compte des VĂ©nitiens. C'est la premiĂšre fois que nous voyons une forteresse de style « Vauban » depuis notre dĂ©part. Étonnant, non ?

AthĂšnes, GrĂšce le 21 avril 2022, Jeudi saint

Nous n'avons malheureusement pas le temps de passer l'aprĂšs-midi tous ensemble. Nous devons ĂȘtre Ă  AthĂšnes avant 16 heures afin de rĂ©cupĂ©rer le rĂ©sultat de l'IRM d'Adrien avant que l'accueil de la clinique ne ferme. Alors que nous approchons de la capitale, nous constatons que l'autoroute est dĂ©jĂ  bouchĂ©e dans l'autre sens. Jeudi aprĂšs-midi, 15 heures environ, les athĂ©niens semblent dĂ©jĂ  tous fin prĂȘts Ă  passer ce long week-end au vert.

Radios en poche, nous passons ensuite dĂ©charger nos bagages Ă  l'appartement. Slavic, notre hĂŽte moldave, est trĂšs bavard. Mais surtout, il ne parle ni anglais ni grec, et moi, pas du tout russe. Nous voilĂ  tous les deux Ă  discuter grĂące Ă  Google Translate. Vous a-t-on dĂ©jĂ  racontĂ© des blagues russes via un traducteur de tĂ©lĂ©phone ? J'arrive tant bien que mal Ă  faire le tour du propriĂ©taire tout en discutant de tout et de rien. Marine Le Pen fait-elle partie de notre discussion ? Bien sĂ»r ! La vodka ? Également. M'appelle-t-il « mon camarade » Ă  chaque phrase ? Évidemment.

Tout ceci pendant que les garçons vont rendre la voiture Ă  l'agence. Enfin ! Ils s'acquittent par la mĂȘme occasion de la facture salĂ©e du remplacement de la vitre brisĂ©e, en espĂ©rant que l'assurance ne tardera pas trop Ă  nous rembourser. On est tous trĂšs contents de lui dire au revoir, bien qu'elle nous ait rendu un fier service. Sans voiture, impossible de visiter le PĂ©loponnĂšse et toutes ses merveilles.

On se retrouve finalement tous les trois en fin d'aprĂšs-midi, pour une balade Ă  la nuit tombĂ©e dans le quartier d'Exarchia qu'on apprĂ©cie toujours autant. Le parc du Champ de Mars, Ă  deux pas de l'appartement, abrite mĂȘme une sorte de fĂȘte foraine nocturne ainsi que les premiĂšres cĂ©lĂ©brations de PĂąques qui rĂ©sonnent dans la nuit.

Musée archéologique d'AthÚnes de nuit

AthĂšnes, GrĂšce le 22 avril 2022, Vendredi saint

Ce matin, le rĂ©veil est plus tardif que d'habitude et ça fait du bien. Nous enfilons tous les trois nos shorts et nous dirigeons vers le mont Lycabette, Ă  moins de 30 minutes de notre logement. La montĂ©e est progressive entre escaliers et petits sentiers ombragĂ©s. La vue lĂ -haut Ă  360° est Ă©poustouflante. Au loin, on aperçoit d'un cĂŽtĂ© le golfe Saronique et le port du PirĂ©e, et de l'autre les montagnes avoisinantes. L'acropole, quant Ă  elle, se dresse en face de nous telle une Ăźle au milieu d'un ocĂ©an d'immeubles blancs qui constituent la ville moderne d'AthĂšnes. Elle semble s'Ă©tirer jusqu'Ă  l'horizon. À ce moment prĂ©cis, on se remĂ©more que dans les annĂ©es 1820, AthĂšnes ne comptait que 5000 habitants quand Paris en comptait dĂ©jĂ  800 000. C'est incroyable !

Acropole d'AthĂšnes vue du mont Lycabette

Océan d'immeubles à AthÚnes

Nous redescendons une demi-heure plus tard dans le quartier d'Exarchia Ă  la recherche d'un bon gyros. Malheureusement, celui qu'on a repĂ©rĂ© est fermĂ© pour PĂąques, alors on se rabat sur celui d'Ă  cĂŽtĂ©. En entrant, le cuisinier nous indique que ses sandwichs sont uniquement vĂ©gĂ©tariens et que tout est fait maison. En lisant le menu, je suis tout de suite conquise. Nous en commandons un chacun avec Adrien et ne sommes pas déçus. Je dirais mĂȘme que ce sont les meilleurs que l'on ait mangĂ©s jusqu'Ă  maintenant. Le pain pita au maĂŻs est garni de crĂšme d'avocat, de champignons poĂȘlĂ©s, de pommes de terres grillĂ©es, de mayonnaise vĂ©gĂ©talienne, de tomates, d'oignons, et j'en passe. Gatien, lui, passe son tour. Un gyros sans viande, ça ne le tente pas. On conclut ce repas Ă  la terrasse d'un cafĂ© place Exarchia oĂč chacun y trouve son compte entre glace, cidre et milk-shake au chocolat. Je vous laisse le soin de retrouver qui a pris quoi.

Le meilleur gyros végétarien de GrÚce

Nous passons la fin d'aprÚs-midi à l'appartement avant de ressortir en début de soirée afin d'assister, une fois n'est pas coutume, à une cérémonie religieuse. Sur les conseils d'Alexia, une amie grecque, nous arrivons à l'église St. Anargyri metochi du saint Sépulcre sur les coups de 19 heures. Les rues sont presque désertes, sauf place Monastiraki, comme toujours.

Place Monastiraki

En chemin, nous apercevons de nombreux vendeurs de cierges bruns et plus rarement de blancs. Il y a foule devant l'Ă©glise et tout le monde est bien habillĂ©. Enfants, parents et grand-parents tiennent tous un cierge dans la main. Nous avons l'impression d'ĂȘtre des imposteurs avec notre sac Ă  dos et nos chaussures de marche. Nous nous installons dans un coin de la cour en essayant d'ĂȘtre discrets. Sans rien y comprendre, nous assistons Ă  un lent et interminable va et vient, chaque personne entrant tour Ă  tour dans l'Ă©glise. De lĂ  oĂč nous sommes, nous entendons de nombreux psaumes chantĂ©s. La scĂšne est belle. Nous restons captivĂ©s de longues minutes avant de repartir.

Dans la tradition orthodoxe, le Vendredi saint est un jour plutÎt triste. Les cloches des églises sonnent sobrement, comme si on assistait à un enterrement. Il est marqué par la procession de l'épitafios qui a lieu le soir vers 21h et symbolise le linceul du Christ. Le Pope distribue à la fin des fleurs bénies aux fidÚles.

Nous croiserons bel et bien ces processions presque funéraires plus tard dans la soirée.

AthĂšnes, GrĂšce le 23 avril 2022, Samedi de PĂąques

Dernier réveil à trois. Nous emballons nos affaires et nous nous disons au revoir. Adrien et moi sommes les premiers à quitter l'appartement afin d'aller profiter de l'ambiance matinale du marché d'Exarchia. Notre train pour Thessalonique n'est qu'à midi. De son cÎté, Gatien a encore une bonne heure devant lui avant d'aller rejoindre l'aéroport.

Nous traversons le parc du Champ de Mars et rejoignons la rue Kallidromiou qui se transforme en marchĂ© Ă  ciel ouvert chaque samedi matin. Il est environ 9h30 quand on arrive aux abords du marchĂ©. À notre grand Ă©tonnement, nous sommes quasiment seuls. Les Ă©tals s'Ă©tendent devant nous le long de la rue, tous protĂ©gĂ©s du soleil par des parasols oranges. Fruits, lĂ©gumes, olives, aneth, le marchĂ© est beau et les odeurs qui s'en dĂ©gagent sont enivrantes. Il nous faut toutefois freiner nos ardeurs. Il nous reste encore beaucoup de victuailles de Fani et nous ne pouvons pas tout porter.

Le marché d'Exarchia

Notre train est Ă  l'heure et nous aussi. Ce sera probablement le dernier avant un bon moment.

Jours 79 Ă  82 đŸ‡ŹđŸ‡· - Thessalonique, au carrefour des routes

Thessalonique, GrĂšce le 23 avril 2022, Samedi de PĂąques

Nous voilĂ  dans le nord de la GrĂšce. Les 500 kilomĂštres que nous venons d'effectuer en train font de cette Ă©tape la plus longue depuis le trajet Dijon-Turin en bus du premier jour.

À premiĂšre vue, Thessalonique, ou Salonique comme elle a longtemps Ă©tĂ© appelĂ©e, ressemble beaucoup Ă  AthĂšnes. Nous retrouvons les mĂȘmes immeubles, les mĂȘmes petits carreaux au sol, les mĂȘmes avenues rectilignes et un soleil toujours aussi brĂ»lant, bien que l'aprĂšs-midi soit dĂ©jĂ  avancĂ©. 30 minutes de marche le long de boulevards bruyants nous amĂšnent Ă  destination.

Qui dit nouvelle ville, dit nouvel appartement. Celui d'aujourd'hui nous déçoit un peu, trop sombre et trop bruyant. Certes, nous avons opté pour le moins cher, comme d'habitude. Sauf que cette fois-ci, les prix sont montés à cause du week-end de Pùques. Nous n'avons pas eu d'autre choix que de le prendre.

Nous sommes Samedi de PĂąques, un jour trĂšs important pour les Grecs. Or en GrĂšce et plus gĂ©nĂ©ralement dans la tradition orthodoxe, une messe a lieu ce jour-lĂ  Ă  minuit. Il s'agit de fĂȘter la rĂ©surrection du Christ. Pris d'un Ă©lan de motivation et malgrĂ© la longue journĂ©e de train, je me rhabille vers 23h30 et me rends Ă  la basilique Hagios Demetrios, situĂ©e non loin de l'appartement. Plus je m'en approche, et plus je croise des personnes qui font le mĂȘme trajet que moi. Tous tiennent un cierge blanc Ă©teint Ă  la main. En arrivant sur place, je constate qu'une grande foule est rĂ©unie sur le parvis de la basilique.

Foule sur le parvis de la basilique Hagios Demetrios

La messe a dĂ©jĂ  commencĂ©. Peu de temps avant minuit, le Pope sort accompagnĂ© d'une dizaine de prĂȘtres. Tout en brandissant un imposant cierge allumĂ© devant eux, ils traversent la foule et s'installent sur une estrade qui surplombe la place.

Minuit sonne et c'est à ce moment là que tout s'emballe. Les cloches retentissent tandis que le Pope annonce que le Christ est ressuscité. Les fidÚles du premier rang se pressent vers lui pour allumer leur cierge, avant de se tourner pour allumer celui de leurs voisins et ainsi de suite. La place s'embrase de centaines de lumiÚres, en à peine quelques minutes. Soudain, une premiÚre explosion retentit, puis une seconde et une troisiÚme plus lointaine. Je sursaute avant de me rendre compte qu'il s'agit de feux d'artifices. Tout le monde y va du sien, on se croirait un 14 juillet en France.

Je finis par rentrer, trĂšs content de la soirĂ©e. Je ne regrette pas d'ĂȘtre sorti. ClĂ©mence dort toujours paisiblement, je lui raconterai mon escapade au rĂ©veil.

Thessalonique, GrĂšce le 24 avril 2022, Dimanche de PĂąques

Nous restons plusieurs jours à Thessalonique, ce qui nous laisse le temps de nous imprégner de son histoire complexe et de ses richesses.

La fondation de Thessalonique remonte à plusieurs millénaires. Cassandre de Macédoine créa en effet la cité en 315 avant JC et la baptisa ainsi en l'honneur de son épouse Thessaloniké, fille de Philippe II de Macédoine et demi-soeur d'Alexandre le Grand.

Grùce à sa localisation au carrefour des routes terrestres et maritimes, Thessalonique devient un centre commercial important de l'Empire romain. Elle se situe d'ailleurs sur la voie égnatienne, la grande route commerciale transbalkanique que nous avons déjà croisée à Tirana en Albanie.

Son histoire est similaire aux autres villes de la région. Attaquée et pillée par les slaves et les sarrasins, elle tombe aux mains des Ottomans en 1420 (30 ans avant Constantinople), qui la renomment Salonique. Elle est enfin reconquise par les Grecs en 1912, presque 100 ans aprÚs AthÚnes.

Un peu déçus la veille par les immeubles qui bordent les boulevards rectilignes de la ville, nous avons hùte de voir à quoi elle ressemble vraiment. Nous commençons par nous rendre au bord de l'eau en passant par le marché et la place Aristote. Pour la petite histoire, Aristote était le précepteur d'Alexandre le Grand. L'ambiance estivale et l'architecture plus travaillée des bùtiments nous plaisent tout de suite, en particulier les voûtes néo-byzantines qui courent tout autour de la place. Elle est en quelque sorte le symbole de la renaissance de la ville aprÚs qu'elle ait été en grande partie détruite par un incendie en 1917.

Grande place Aristote

Nous dĂ©ambulons sur le front de mer, que nous dĂ©cidons de longer sur quelques centaines de mĂštres. Tous les habitants de la ville semblent s'ĂȘtre donnĂ©s rendez-vous ici puisque les cafĂ©s qui bordent la promenade sont tous remplis. L'heure est au cafĂ© Freddo, Ă©videmment.

Plusieurs bateaux pirates transformés en bar sont amarrés au pied de la tour blanche. Ils nous proposent un tour sur l'eau d'une trentaine de minutes. Le principe, c'est que le tour est gratuit à condition de boire un verre, un peu surtaxé. Nous déclinons l'offre et rebroussons chemin pour rejoindre les anciens docks de l'autre cÎté de la baie, avant de finalement rentrer. La ville est grande et nous aurons bien marché aujourd'hui.

Bateaux pirates, promenade et tour blanche

Docks de Thessalonique

Thessalonique, GrĂšce le 25 avril 2022, Lundi de PĂąques

Nous optons pour un tout autre quartier le lendemain. Thessalonique est en partie construite sur une colline, d'oĂč on peut contempler d'un seul coup d'oeil son immense baie, gardĂ©e par le mont Olympe. C'est lĂ  que se trouve la vieille ville Ano Poli et le Kastra, qui ont tous deux conservĂ© leur charme d'antan.

Baie de Thessalonique depuis le Kastra

La montĂ©e est raide. Les rues, pavĂ©es et Ă©troites, sont encadrĂ©es par des maisons sur plusieurs niveaux caractĂ©ristiques du style ottoman. Ce quartier est radicalement diffĂ©rent de celui oĂč nous habitons. Il est plus vert, plus convivial et tentaculaire, loin du quadrillage de la ville moderne.

Au détour d'une ruelle du quartier Ana Poli

En ce lundi de PĂąques, certains habitants prĂ©parent de longues tablĂ©es au soleil prĂȘts Ă  recevoir toute leur famille. Au hasard d'une ruelle, nous entrons dans le jardin d'une petite Ă©glise orthodoxe particuliĂšrement jolie. Nous dĂ©nichons juste Ă  cĂŽtĂ© le meilleur cafĂ© de la ville qui nous offre une pause salvatrice Ă  l'ombre.

Petite Ă©glise du quartier Ana Poli un lundi de PĂąques

Nos pas nous amĂšnent plus bas au pied de la Rotonde, un grand bĂątiment circulaire, qui fut autrefois dĂ©diĂ© Ă  Zeus, avant d'ĂȘtre consacrĂ© en Ă©glise orthodoxe et finalement transformĂ© en mosquĂ©e. Tout prĂšs, le palais de l'empereur romain GalĂšre et l'arc monumental Ă  sa gloire nous intriguent. Ils ont tous deux subi les caprices du temps et certaines de leurs fresques sont effacĂ©es.

Arc de GalĂšre

Avant de rentrer et de prĂ©parer nos sacs, nous nous octroyons un dernier repas grec, non loin du marchĂ© central. Il est 16h, mais en GrĂšce, cela ne pose de problĂšme Ă  personne de dĂ©jeuner si tardivement. Nous sommes d'ailleurs loin d'ĂȘtre les seuls. Au menu cet aprĂšs-midi, des fines lamelles de boeuf façon kebab pour ClĂ©mence, du porc en sauce accompagnĂ© d'oignons et de citron pour moi et des frites et des courgettes fries pour nous deux.

Les bonnes odeurs du marché

C'est l'estomac bien rempli que nous rentrons Ă  la maison pour notre dernier soir en GrĂšce.

Thessalonique, GrĂšce le 26 avril 2022

Sacs sur le dos, nous faisons Ă©tape au cafĂ© Little Cup qui se trouve ĂȘtre sur notre trajet jusqu'Ă  la gare ferroviaire. C'est lĂ  que notre minibus pour Skopje nous attend. Si comme nous tu n'en avais jamais entendu parler, Skopje est la capitale de la MacĂ©doine du Nord, notre prochaine destination.

Loin des clichĂ©s, nous avons adorĂ© la GrĂšce qui a su nous surprendre par ses paysages printaniers, ses montagnes enneigĂ©es et ses eaux turquoises. Nous avons changĂ© notre vision froide et distante des Grecs qui se sont avĂ©rĂ©s adorables, toujours prĂȘts Ă  aider et Ă  l'aise en anglais. Au niveau culinaire, nous ne pensions pas manger de si bonnes oranges, ni goĂ»tĂ© une confiture de citron si douce. Le Pita Gyros vĂ©gĂ©tarien d'Exarchia me fait encore saliver.

~ ~ ~ ~ ~ ~

Merci d'avoir lu jusqu'au bout ❀

Il est dĂ©sormais l'heure pour nous de partir pour de nouvelles aventures dans les Balkans ! À bientĂŽt en MacĂ©doine du Nord.

Plus qu'un blog voyage, nous partageons nos péripéties au fur et à mesure de notre aventure comme on les vit, avec passion et sincérité. Si tu veux nous adresser quelques mots, tu peux nous contacter sur nos pages Instagram : Clémence et Adrien.

Clémence et Adrien