Prendre La Route...avec Clem et Adrien

Journal de bord en Croatie 🇭🇷

Itinéraire  de notre périple en Croatie sur Polarsteps

Publié il y a plus d’un an par Clémence et Adrien

Nous avons traversé l'Italie en train et rejoint la Croatie par ferry. Nouvelle monnaie, nouvelle langue, nos habitudes françaises s'éloignent petit à petit. À nous les rives de la mer Adriatique.

🌍 | Journal de bord de notre voyage sans avion

🚀 | Sur la route depuis février 2022

📍 | France 🇫🇷 → Italie 🇮🇹 → Croatie 🇭🇷 → Monténégro 🇲🇪 → Albanie 🇦🇱 → Grèce 🇬🇷 → Macédoine du Nord 🇲🇰 → Kosovo 🇽🇰 → Serbie 🇷🇸 → Bulgarie 🇧🇬 → Turquie 🇹🇷 → Géorgie 🇬🇪 → Arménie 🇦🇲 → Iran 🇮🇷 → Turquie 🇹🇷 → Liban 🇱🇧 → Syrie 🇸🇾 → Jordanie 🇯🇴 → Arabie Saoudite 🇸🇦 → Émirats Arabes Unis 🇦🇪

~ ~ ~ ~ ~ ~

Jour 13 🇭🇷 - Une traversée animée

D'Ancône, Italie à Split, Croatie la nuit du 15 au 16 février 2022

Ferry privatisé

C'est parti pour notre premier changement de pays par voie maritime.

Après quelques péripéties sur le port d'Ancône, nous montons dans un ferry quasi vide. Une dizaine de voitures et une vingtaine de passagers seulement nous accompagnent. La traversée va durer 11 heures. Nous arriverons à Split le lendemain matin.

Pour pimenter la nuit, nous avons décidé de ne pas réserver de cabine et de dormir dans de très chouettes sièges inclinables. L'idée n'a pas été terrible : nous avons passé une nuit quasi blanche. À notre décharge, les cabines étaient hors de prix (près du double). Quand on part pour plusieurs mois de voyage, on essaye de se passer de certaines dépenses de confort.

On arrive à l'heure à Split, la mer a été hyper calme, mais il n'est que 7h du matin et notre Airbnb nous attend pour 14h. On se met donc en quête d'un premier café en plein milieu du marché qui est déjà ouvert, puis 2h plus tard d'un second tout en vadrouillant dans la ville.

Au passage, j'aurais (Adrien) commis une première boulette en retirant de l'argent à un distributeur bien trop cher 🤦‍♂️. Malgré tout, nos premières impressions sont hyper bonnes et nous sommes heureux de passer les quatre prochaines nuits ici.

Inès, notre hôte, nous annonce à 11h que notre appartement est prêt. Nous sommes chanceux. C'est parti pour une bonne douche et une grosse sieste.

À 16h, on émerge tant bien que mal, quelques courses, un bon dîner... on garde la suite de la visite de Split pour le lendemain.

Jour 14 🇭🇷 - À la découverte de Split

Split, Croatie le 17 février 2022

La fatigue est encore présente malgré une nuit parfaite. Faire des nuits blanches n'est plus de notre âge. Notre programme est donc très simple : vagabonder dans la ville, lever les yeux et se laisser porter.

Il ne nous a pas fallu plus de 30 minutes pour confirmer notre bonne impression de la veille : le centre historique de Split est Ă  la fois surprenant et vraiment beau.

La riva de Split

En fait, la vieille ville de Split, c'est un méli-mélo d'architecture de toutes les époques. Les styles s'imbriquent les uns dans les autres : les ruines de bâtiments romains abritent des maisons de style vénitien.

Je pense que pour bien comprendre Split, il faut se pencher sur son histoire.

Dioclétien, Caius Aurelius Valerius Diocletianus Augustus en version longue, était un empereur romain qui a régné à la fin du IIIème siècle. Ses réformes ont permis à l'Empire romain de se stabiliser économiquement et militairement et de perdurer encore deux siècles, alors qu'il était au bord de l'effondrement.

L'empereur Dioclétien était originaire de Dalmatie, la région où nous venons de débarquer. C'est donc tout naturellement qu'il fit ériger un palais sur les rives de la mer Adriatique, à l'emplacement de l'actuelle ville. Palais dans lequel il se retira après son abdication, histoire de passer les dernières années de sa vie au soleil (la vraie vie d'un retraité quoi).

À l'origine un immense palais, Split est devenue une ville, lorsque les habitants de Salone, la ville voisine, s'y sont réfugiés pour éviter les attaques du peuple Avars. Intégrée à l'Empire byzantin, indépendante puis conquise par la République de Venise, elle est même devenue française sous Napoléon.

Palais de Dioclétien à Split

DĂ©ambulations dans Split

La ville hérite d'une histoire riche que l'on n'a pas manqué de voir et de ressentir au gré de nos déambulations.

C'est donc charmés que nous terminons cette première journée.

Jours 15 et 16 🇭🇷 - Les alentours de Split

Parc de Marjan, Croatie le 18 février 2022

Aujourd'hui, il fait un temps magnifique. On prépare les sandwichs, les chaussures de marche et direction le parc de la ville. Plus qu'un simple parc, il s'agit vraiment de l'oasis verte de Split et anciennement la résidence des moines.

Demeure du XVIème siècle, parc de Marjan

Ce parc forestier abrite une jolie colline, des plages, des chapelles et églises, un institut océanographique, différents petits ports et de beaux points de vue sur la côte Adriatique et la ville : de quoi agrémenter cette belle journée ensoleillée.

Le bleu de la mer Adriatique

Nous avons beaucoup aimé les couleurs de la plage Bene et sa vue sur la côte de Trogir : un vrai havre de paix. De l'autre côté du parc, nous avons profité de la jolie et grande plage de Kasjuni pour une pause déjeuner en plein soleil et à l'abri du vent. Quelques courageux allaient même se baigner ! Nous, on n'avait même pas pensé à emmener notre maillot de bain.

Au centre du parc (et donc tout en haut), un magnifique belvédère offre une vue panoramique à 360° de la ville de Split. La montée se mérite mais elle en vaut clairement le coup.

Vue sur Split

Infos pratiques : nous avons parcouru tout le parc à pied mais le vélo est également une bonne option. Le parc est entièrement gratuit tout au long de l'année. D'ailleurs, nous avons croisé de nombreux Croates en train de faire leur sport.

En fin de journée, nous arrivons sur la Riva (promenade) d'où nous admirons les jolies couleurs de la ville grâce au coucher de soleil.

Ville de Trogir, Croatie le 19 février 2022

À 30 kilomètres à l'ouest de Split se trouve la petite ville de Trogir. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. Nous décidons d'aller la voir de nos propres yeux.

On se rend à la gare routière de Split qui se trouve en bord de mer, face au quai des ferrys. On prend nos tickets direction Trogir et on se rend à l'emplacement n°1 comme nous l'indique le monsieur du guichet.

Le bus arrive, ou plutôt le car, arrive. On ne sait pas trop d'où il vient, mais tout le monde semble là depuis longtemps et avec de grosses valises. On se sent un peu comme des passagers clandestins avec seulement une demi-heure de route, alors que le bus roule sûrement depuis plusieurs heures. On s'installe à nos places 45 et 46 et on attend le départ. Deux Croates arrivent et nous indiquent que nos places sont leurs places. On vérifie nos tickets et, en quelques secondes, on confirme les avis lus par Adrien sur internet : cette compagnie surcharge ses bus en plaçant plusieurs personnes aux mêmes places. Les Croates sont sympas et se mettent ailleurs. De toute façon, nous ne serons pas là longtemps.

Arrivés à Trogir, le bus nous dépose à quelques pas de la vieille ville. Elle se situe sur une petite île d'un kilomètre de long que l'on peut rejoindre par deux ponts, un de chaque côté. L'un d'eux était d'ailleurs en travaux, ce qui nous a permis d'emprunter notre second ferry du voyage.

Château de Trogir

Cette ville a beaucoup d'histoire. Comme beaucoup de vieilles villes côtières, elle a tantôt été grecque, tantôt romaine et, comme Split, elle fut rattachée à la République de Venise pendant des siècles ! Son architecture s'en ressent à chaque coin de rue.

Nous vadrouillons et parcourons toute l'île quasiment seuls au monde, alors que nous avions entendu dire que c'était tout l'inverse. Décidément, la Croatie n'est pas visitée au mois de février.

Trogir est magnifique ! Nous avons adoré. La vieille ville est petite. Je trouve qu'une demi-journée suffit largement, même en incluant la visite du port de l'autre côté.

Port de Trogir

Pour rentrer, nous optons pour une meilleure solution que le car de tourisme : le bus 37. Le retour prend un peu plus longtemps puisqu'il s'agit d'un bus de ville, mais il est aussi un peu moins cher (ticket Ă  prendre directement dans le bus).

Nous profitons de notre dernière soirée à Split pour parcourir une dernière fois la vieille ville de nuit. Nous découvrons de nouvelles ruelles et de nouvelles ruines réhabilitées : c'est toujours un réel plaisir de s'y balader.

Jours 17 et 18 🇭🇷 - Visite de Zadar

Zadar, Croatie les 20 et 21 février 2022

Nous arrivons à la gare routière de Zadar en début d'après-midi. Contrairement à notre départ pluvieux de Split, il fait beau aujourd'hui, si bien qu'après avoir déposé nos sacs, nous en profitons pour découvrir le coeur de ville où nous logeons.

Sans s'en rendre compte, c'est la routine qu'on s'est créée depuis notre départ : quand on arrive quelque part, on profite de la première demi-journée pour se balader sans but, sans avoir sélectionné de points d'intérêts ou de points de vue sur Maps.me. Je dois dire que j'apprécie (Clémence) particulièrement cette phase de découverte.

Zadar vue sur le port

Nos premiers pas dans la vieille ville de Zadar éveillent notre curiosité. La ville nous semble moins harmonieuse que les villes de Split et Trogir que nous venons tout juste de quitter. Les remparts sont davantage endommagés ou absents, des bâtiments modernes ont été érigés dans l'enceinte historique et le bout de l'île est étrangement moins dense. En trouvant un panneau informatif, nous comprenons que la ville a subi d'importants dommages suite aux bombardements de la seconde guerre mondiale.

À visiter : les ruines du forum romain, plusieurs portes vénitiennes, le couvent Sainte-Marie du XIème siècle, la cathédrale Sainte-Anastasie du XIIème siècle, l'église ronde Saint-Donat du IXème siècle. Cela donne un très bel aperçu des différentes époques de la ville péninsulaire.

Nous poursuivons notre découverte et arrivons au niveau de l'orgue marin. Il s'agit d'un grand instrument de musique expérimental installé sous un escalier et actionné par les vagues. Quand l'eau pénètre dans les tuyaux, l'air qui s'en échappe à l'autre bout forme une note. Il y a un fort vent aujourd'hui, et donc de nombreuses vagues : cela s'en ressent par le bruit tonitruant qui s'échappe sous nos pieds. L'expérience est très amusante et très ressourçante face au coucher du soleil. On conseille !

Zadar et son orgue marin

En bref, nous apprécions beaucoup Zadar pour ses nombreux bars et restaurants où il fait bon s'asseoir et se laisser guider par des serveurs très sympathiques. Le marché au pied de notre appartement, ouvert tous les jours, a également permis à Adrien de s'acheter une nouvelle ceinture au milieu des étals de fruits et légumes.

Jour 19 🇭🇷 - Escapade sur l'île Ugljan

Île Ugljan, Croatie le 22 février 2022

En regardant un peu les alentours de Zadar sur une carte, j'ai (Adrien) repéré une forteresse sur une île voisine. En plus, il existe un ferry pour y aller à deux pas de notre appartement. Il fait un temps magnifique. Toutes les conditions sont réunies. Nous voilà donc partis pour une randonnée à travers les oliviers, bercés par le bruit du vent et le chant des oiseaux.

Oliviers de l'île Ugljan

L'itinéraire est simple : au départ de Preko, il faut suivre la direction du Fort Saint Michael, Tvrđava Sveti Mihovil en croate. Nous sortons rapidement de la ville tout en prenant de la hauteur. La vue est sublime sur la plaine de Zadar qui s'étend jusqu'au massif de Velebit, dont les sommets sont recouverts de neige en ce beau mois de février.

Panorama depuis l'île d'Ugljan

Une heure et demie et quelques gouttes de sueur plus tard, nous atteignons la forteresse médiévale. Bien que celle-ci semble fermée de prime abord, je repère un petit trou dans le mur. L'endroit idéal pour s'infiltrer. Je m'y glisse accompagné rapidement par Clémence.

Vue d'ensemble du fort Saint Michael

L'intérieur est en mauvais état et semble abandonné. Nous apprendrons par la suite qu'elle a subi, elle aussi, de nombreux bombardements. Du haut des remparts et de la seule tour encore debout, le panorama est époustouflant avec une vue à 360° sur toutes les îles environnantes. Le vent violent et les murs qui menacent de s'écrouler nous incitent cependant à de la prudence.

Auto-portrait de Clémence et Adrien

Nous redescendons pour pique-niquer bien à l'abri et surtout en plein soleil. Philosophes, nous nous rendons compte de la chance qu'on a d'être là, à contempler un tel paysage. Après quelques semaines passées dans les villes, cette journée en pleine nature est précieuse.

ĂŽles environnantes

Jours 20 à 22 🇭🇷 - Sibenik et le parc national de Krka

Sibenik, Croatie les 23 et 25 février 2022

Notre bus nous dépose à Sibenik en tout début d'après-midi après une bonne heure d'autoroute. C'est la première fois qu'on emprunte l'autoroute depuis que nous sommes en Croatie, mon estomac est ravi (Clémence). Pour une fois, on peut donc aller à la recherche d'un restaurant si tôt les affaires déposées.

Adrien choisit de nous emmener sur la riva. Choix judicieux, nous nous arrêtons dans un super resto avec un risotto aux fruits de mer pour moi et un burger pour Adrien (son premier depuis le départ). La riva est très agréable et nous avons particulièrement aimé le chemin jusqu'à la plage qui donne un magnifique point de vue sur la ville.

Vue de Sibenik depuis le port de plaisance

Sibenik est une ville charmante et avec beaucoup de caractère. Historiquement, il s'agit de l'une des plus anciennes villes de Croatie, avec en son coeur la splendide place de la République et sa grandiose cathédrale Saint Jacques (Sv. Jakov en croate). Cette place est la plus belle place croate que j'ai vue jusqu'à maintenant !

Place de la RĂ©publique de Sibenik

Trois forteresses surplombent la ville, deux modernes en étoile, et une médiévale un peu en contrebas de laquelle partent les anciens remparts. Le dernier jour, nous sommes montés tout en haut afin d'admirer le paysage. On y voit notamment les créneaux de l'ancienne forteresse, mais aussi toute la baie. C'est dans cette dernière que se jette le fleuve Krka, l'un des fleuves karstiques les plus beaux de Croatie.

Panorama de Sibenik

Parc National Krka, Croatie le 24 février 2022

L'incontournable de la Dalmatie du Nord, c'est incontestablement le parc Krka. En tout cas, c'est ce qu'on nous a dit. Souvent, on se méfie de ce genre de conseils : avoir trop d'attentes, c'est prendre le risque d'être déçu. Nous décidons quand même de garder un de nos trois jours pour aller voir les fameuses chutes d'eau. Après tout, ce serait dommage de passer à côté.

Le parc est immense, mais la partie qui correspond aux chutes se trouve à mi-chemin entre les villages de Skradin et de Lozovac. La voiture est probablement le moyen le plus simple de s'y rendre car il y a des parkings bien aménagés aux deux entrées. Mais nous n'en avons pas. Heureusement pour nous, nous pouvons compter sur notre moyen de transport croate favori : le bus local. Attention, il vaut mieux bien se renseigner sur les horaires, car il n'y en a pas si souvent hors saison.

L'entrée du parc côté Skradin se trouve juste à côté du pont. Ce n'est vraiment pas donné (6,5€ chacun), mais comparé aux tarifs d'été, nous sommes chanceux. Avant de rejoindre les chutes, il faut emprunter environ 4 kilomètres d'un chemin blanc qui longe la rivière. L'été, un bateau fait à priori la navette. Tant pis, le paysage est quand même très beau depuis la berge.

Vue du haut du pont

Une petite heure après, le bruit assourdissant des chutes et les nombreuses boutiques de souvenirs, fermées pour l'hiver, nous indiquent que nous sommes bien arrivés. En avançant un peu, les Skradisnksi buk se dessinent à travers les arbres.

Nous nous installons au bord de l'eau : le lieu semble parfait pour un pique-nique. Mais malheureusement pour Clémence, un chat un peu trop attiré par le jambon de son sandwich la forcera à manger debout sous peine de se le faire chiper.

Selfie devant les chutes

Aménagements du parc Krka

Tout est vraiment bien aménagé, peut-être un peu trop à notre goût. Nous profitons des lieux jusqu'à ce que le soleil passe derrière les gorges, avant d'entamer la remontée (assez raide) vers Lozovac. Grâce au gardien du parc, nous trouvons l'arrêt de bus (deux cents mètres à droite en sortant du parc) une ou deux minutes avant qu'il ne passe.

Au loin sur la route, nous apercevons une petite fourgonnette noire rétro. Serait-ce notre bus ? Nous faisons un signe de la main et elle s'arrête juste devant nous. C'est bien lui. On monte à bord et le chauffeur redémarre en trombe. J'ai (Adrien) le sourire aux lèvres : avec sa coupe mulet et ses lunettes de soleil, il semble tout droit venir des années 80. Pour descendre, il suffit d'indiquer au chauffeur son arrêt ou de profiter que d'autres passagers montent ou descendent.

Notre avis sur la journée est assez unanime. Les chutes sont très belles et le parc bien aménagé. Cela vaut le coup de venir les voir si on ne passe pas loin, mais il faut absolument éviter la haute saison.

Panorama  des chutes

Jours 23 à 27 🇭🇷 - Au pied des remparts de Dubrovnik

Dubrovnik, Croatie du 26 février au 02 mars 2022

18:31. Il fait nuit lorsque nous arrivons à Dubrovnik après 7 heures d'un long trajet en bus. Bonne nouvelle : le père de notre hôte nous a proposé de venir nous chercher à la gare routière, nous évitant une belle montée nocturne. En arrivant, nous découvrons un bel appartement bien équipé et une petite surprise. Une petite bouteille d'alcool au citron ainsi qu'un pot de confiture faite maison nous attendent au frais.

Le lendemain matin, le soleil semble malheureusement avoir disparu. C'est sous un ciel très nuageux et une quasi-tempête que nous explorons le coeur historique de Dubrovnik. Après un petit tour le long des quelques rues principales, nous trouvons avec soulagement un point de vue abrité du vent du côté du port. Par un heureux hasard, c'est à ce même moment qu'un rayon de soleil perce les nuages, sublimant ainsi toute la cité.

Le port de Dubrovnik

Nous consacrons les quelques jours suivants à visiter Dubrovnik et ses alentours. Il faut savoir que la ville est quasiment à flanc de montagne. Sans voiture ni transport en commun, chaque sortie implique de belles montées et descentes. Notre silhouette sera prête pour le beau printemps qui s'annonce (#summerbody).

La péninsule ouest de la ville a, selon nous, peu d'intérêt. Nous ne conseillons donc pas spécialement d'aller au parc Velika i Mala Petka (grosse déception), ni à la plage Uvala Lapad (sans activités en hiver).

Cependant, nous avons bien aimé visiter le quartier en dehors des remparts qui va du parc Gradac à la célèbre forteresse Lovrijenac. La vue sur les remparts de Dubrovnik est sublime. On a juste trouvé dommage que la place ait été transformée en parking. Le coeur de ville en lui-même est également à visiter en se perdant un peu dans les ruelles avec notamment sa place principale et son port.

Murs de Dubrovnik

Le clou du spectacle a sans conteste été la montée jusqu'au mont Srđ. De là-haut, le panorama sur toute la baie est saisissant. Si Dubrovnik est jolie de l'intérieur, elle est encore plus impressionnante lorsqu'on la voit de loin.

Soleil couchant sur Dubrovnik

Dubrovnik de nuit

Il s'agissait également de notre dernière étape en Croatie. Nous avons adoré ces deux belles semaines chargées d'histoire et de beaux paysages.

Nous continuons notre périple le long de la mer Adriatique, ce qui nous amène logiquement au Monténégro, et plus précisément à Kotor.

~ ~ ~ ~ ~ ~

Merci d'avoir lu jusqu'au bout ❤️

Nous prenons cette fois la direction du sud. À très vite au Monténégro.

Plus qu'un blog voyage, nous partageons nos péripéties au fur et à mesure de notre aventure comme on les vit, avec passion et sincérité. Si tu veux nous adresser quelques mots, tu peux nous contacter sur nos pages Instagram : Clémence et Adrien.

Clémence et Adrien